En initiation musicale, notre pédagogie s’inspire de la pensée de deux femmes d’exception.
Marie Jaëll, pianiste contemporaine à Liszt, a beaucoup réfléchi au toucher et au geste musical. Maria Montessori, médecin pédagogue du XXème siècle,  a révolutionné l’approche du développement de l’enfant. En chant, nous utilisons la psychophonie de Marie-Louise Aucher « démarche auto-expérimentale d’harmonie physique et psychique, utilisant, à la faveur de la voix parlée et chantée, les correspondances entre l’Homme, les sons, les rythmes et le verbe. »

Une pédagogie pour le tout petit

La pédagogie « Jaëll-Montessori » a été élaborée à partir des travaux de la pianiste Marie Jaëll et de la pédagogue Maria Montessori par Marie-Charlette Benoit qui fonde avec son époux Pierre Benoit l’association Marie Jaëll de Paris. Le développement de la conscience est un principe de base de l’enseignement de Marie Jaëll qui s’éleva contre toute forme de travail automatique. Ainsi, elle a cherché à comprendre les lois qui permettaient de produire un « beau son » en étudiant le toucher et le mouvement artistique.


 

Par l’éducation de la main, grâce aux comptines et jeux de doigts puis à l’aide des exercices « hors clavier » de Marie Jaëll, l’enfant développe son intelligence en maîtrisant son geste. Ce travail de psychomotricité fine lui permet d’obtenir du tambourin ou du tube résonnant en bois un « beau son » en affinant son oreille et la conscience de son geste.
 Car, comme le dit Marie Jaëll : « Une des formes les plus puissantes qui permettent d’éduquer la pensée est celle qui dérive de l’éducation de la main. » (voir www.mariejaell.asso.fr).

La pensée montessorienne s’appuie sur le principe :

“Aide moi à faire seul”

ou plus exactement

“Aide moi à faire par moi-même”

Nous cherchons donc à développer au maximum l’autonomie des enfants, dans l’idée de ne pas faire à leur place ce qu’ils sont capables et ont le désir de faire sans nous.

Les périodes sensibles

De plus, un ordre chronologique est inscrit dans la nature : celui des étapes du développement de l’enfant, les « périodes sensibles ». Pendant une période sensible, les acquisitions se font sans difficultés, nourries par le désir d’apprendre de l’enfant. Lorsqu’elle est terminée, l’étape pourra être franchie mais avec moins de facilités. Nous nous efforçons donc d’être à l’écoute du rythme de chacun, de l’accueillir et l’accompagner comme un être unique dans son rythme et sa façon de se construire et d’apprendre. Le véritable guide de son éducation est donc l’enfant lui-même. L’adulte-éducateur soutient son effort de construction de soi par une observation fine de chacun des enfants qui lui sont confiés en s’aidant du matériel pédagogique (clochettes Montessori, jeux en bois, cartes…) qui permet d’aborder les différents paramètres de la musique dans l’inter sensorialité et l’autonomie.
Enfin, nous transmettons à l’enfant les règles incontournables de la vie en groupe et de la pratique musicale : respect, écoute, discipline.

La psychophonie

En chant, la méthode utilisée est la psychophonie de Marie-Louise Aucher. Cette chanteuse lyrique, morte en 1994, a découvert l’échelle des réceptivités sonores sur le corps humain qui rejoint les principes énergétiques de la médecine chinoise. Sa pédagogie développe la conscience des gestes phonatoires plutôt que la pratique d’exercices répétitifs. Ainsi, chacun peut travailler sa voix en conscience et développer une écoute fine de ses sensations. Le chant, la posture, la respiration vous guident vers plus d’harmonie. Vous trouverez de nombreux compléments d’informations sur le site de ma collègue Marie-Laure Potel.